Les traditions sont-elles bonnes pour la société

Les traditions et les cultures sont ce qui fait l’unicité d’un pays. Ils ont pour but d’inculquer des règles aux locaux, mais aussi d’attirer les visiteurs étrangers. Certains sont prêts à faire plusieurs milliers de kilomètres pour découvrir les us d’un pays ou d’un autre. Il faut dire que par delà le monde il y en a tellement. Mais la question est : les traditions sont-elles bonnes pour la société ? Notamment dans l’ère où nous vivons.

Une violation des droits de l’homme

Les sociétés civiles et les protecteurs de droit de l’homme sont les premiers à donner la sonnette d’alarme. Certes, il est certains us et coutumes qui ont été à la base de la loi. Mais il en est d’autres qui sont de véritable violation des droits de l’homme. Tel est le cas par exemple de l’excision en Afrique. Malgré quelques compagnes de sensibilisation, c’est une tradition qui continue de plus belle actuellement. Il s’agit d’un événement par laquelle on coupe le clitoris de la femme à l’aide d’une lame pour ne pas qu’elle ressente du plaisir et qu’elle ne soit pas tentée de tromper son mari. D’une région à une autre, l’âge de l’excision change. Toutefois, en moyenne, ce sont les jeunes filles de 16 ans qui en sont victimes.

Nous empêche d’avoir l’esprit ouvert

Certaines grandes puissances du monde ont pu se retrouver à leur place de par leur capacité à adapter les traditions aux avancées en tout genre. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tous les pays. Certains sont hermétiquement fermés aux changements de peur de perdre leur valeur. En d’autres termes, les traditions empêchent certaines sociétés d’évoluer.
Dans la riziculture, nous disposons déjà de plusieurs machines et appareils. Cependant, la tradition veut que les plantations soient faites à la main. Il en est de même pour la récolte. Ce qui fait perdre beaucoup de temps et empêche le bon développement économique du pays.
La tradition veut que les couples qui ont des jumeaux en choisissent un et abandonnent, voire pire, tuent, l’autre. On a oublié que c’est certes une bouche à nourrir, mais aussi des mains pour produire.

Leave a Comment