Les coutumes qui font l’unicité de Madagascar

Madagascar est non seulement apprécié par les touristes du monde entier pour sa beauté et sa biodiversité, mais aussi pour ses traditions. C’est le must, selon certains, des destinations touristiques pour un voyage culturel. Et pour cause, tout au long de l’année, vous pouvez assister dans les différentes régions de la grande île à des rituels en tout genre. En voici quelques-uns.

La circoncision

Dès la naissance, bébé a droit à plusieurs traitements traditionnels. Mais il est une étape qui est matière à organiser une grande fête : la circoncision ou localement appelé « didim-poitra ». C’est généralement vers l’âge de 2 à 3 ans que les jeunes garçons passent par ce rituel. Pour les parents et la société, c’est le moment où l’enfant devient officiellement grand.
Certaines familles de Madagascar font encore du didim-poitra un grand événement : musique à fond la caisse, un cortège dans la rue, etc. Se passant en hiver, afin de permettre tout de même à l’enfant de cicatriser rapidement, la circoncision est une chose à voir.

Les différentes traditions pour le mariage

Les traditions de mariage changent d’une région à une autre. Dans la partie sud de l’île par exemple, vous avez des jeunes filles qui sont échangées contre du bœuf : considéré comme une richesse dans le pays. Certains vont beaucoup plus loin. Selon le nombre de bœufs, le mariage peut durer 7 ans ou plus. Il s’agit d’un contrat à durée déterminé.
Mais dans les grandes villes, on parle surtout de « vodiondry ». Le jeune homme vient demander la main de sa bien-aimée au parent accompagné de sa famille et de quelques sous. Selon les discussions, le mariage se fera ou non.

La fête des Morts

Les Malgaches sont particulièrement respectueux de leurs ancêtres. C’est une chose qui n’a pas changé depuis des millénaires. Une fois par an, ils les réveillent et font la fête avec eux. En profitent pour leur changer les draps. Ici, plus de larmes comme à l’enterrement. Le but est de leur demander leur bénédiction et leur bienveillance. C’est ce qu’on appelle ici le « famadihana ». Ici encore, musique malgache, boissons alcoolisées et danses sont de rigueur.

Leave a Comment