A la découverte de Fürstenberg

Fürstenberg, qui se traduit littéralement « la Forêt-Noire », est une ville de Brandebourg en Allemagne, dans la région de Haute-Havel. A part ses paysages saisissants, ses villes somptueuses et ses plats exquis, la Forêt-Noire présente de nombreuses cultures et traditions qui méritent d’être découvertes.

La « Fasnet »

« Fasnet » est l’un des plus grands événements culturels de cette ville. Quelques jours avant le commencement du jeûne, les fous de chaque ville et village sortent de leur demeure. En effet, de nombreux personnages à bord de leurs grands chars rôdent partout, tels que narros, Hansel, sorcières et diables, morbili et tant d’autres. Les tenues et déguisements (Häser et Schemen) qu’ils portent lors de ces moments sont tous confectionnés manuellement.
Chaque village possède ses propres traditions, qui ont été perpétuées depuis des générations. Durant la période médiévale, cette fête consistait à vivre librement et à consommer différentes sortes d’aliments avant le début du jeûne. C’est pour cette raison qu’on distribue encore jusqu’à maintenant des repas traditionnels gras à base d’œufs, tels que le « Fasnetküchle ». En plus, beaucoup de sucreries sont également distribuées au public durant le défilé, et les boissons y sont évidemment à volonté.

Artisanat

La Forêt-Noire se distingue également par les horloges coucou, qui font partie du patrimoine culturel de la région. Les horlogers confectionnent encore à la main cette fameuse pendule jusqu’à maintenant. Les nombreux musées et usines de la Forêt-Noire, qui fabriquent et exposent les horloges coucou, peuvent être visités sur la route allemande de l’horlogerie.
A part la confection des horloges coucou, de nombreux autres artisanats existent également dans la Forêt-Noire. Malgré les innovations techniques, ces artisanats se caractérisent par la conservation des techniques d’origine, qui ont été reprises de génération en génération. C’est pourquoi il existe encore des ateliers de soufflage du verre, par exemple, dont les œuvres sont toujours soufflées à la bouche.

Leave a Comment